Frigyes Karinthy : Trucages

 

Suite du recueil

recueil "Trucages", titres

Thème "satire"

afficher le texte en hongrois

nouveau genre d’immortalitÉ

nouveau genre d'immortalité ln nouveau genre d’immortalité.

Il implique des conditions particulières.

Certains mérites y sont nécessaires, même si cela est moins important que dans d’autres domaines.

Ce qui est important c’est que la personne ait un nom en trois lettres. Dans ce domaine-ci c’est une vertu plus significative que la conquête du monde par Alexandre le Grand.

Car que puis-je faire avec Alexandre le Grand dont le nom comporte un X en plus d’une accumulation de consonnes – il est totalement inutilisable, avec un nom pareil ce n’était même pas la peine de naître.

Par contre Gizella Dapsy[1], excellente et fine poétesse a bien fait de choisir "Nil" comme pseudonyme littéraire. Ce mot est gravé en centaines de milliers d’exemplaires chaque jour, et une explication est même fournie : "pseudonyme d’une poétesse".

Mon lecteur a deviné que je parle des mots croisés.

Dès qu’un cruciverbiste expérimenté voit trois cases blanches alignées, il ne regarde même pas la définition, il sait déjà, horizontalement ou verticalement. Car si la première lettre est ou pourrait être un "N", alors c’est "Nil", "pseudonyme d’une poétesse".

Mais si ça commence par un "a", alors c’est "aga", un "dignitaire turc", ou tout au moins un "prénom turc", ALI.

Si par extraordinaire la première lettre est un "Y", on écrit les yeux fermés "YBL"[2], il n’y a pas d’autre mot commençant par un "Y" (à l’exception du seul "yes" anglais), le nom de l’excellent architecte de l’Opéra de Budapest, dont je salue la statue chaque fois que je passe devant sur le quai du Danube à Buda. C’est lui, sans aucun doute, on peut le lire sur le socle, trois lettres horizontalement. Je lève les yeux avec respect sur ce noble personnage, verticalement, puisqu’il a tiré d’embarras tant de verbicrucistes – les ingrats ! Pas une gerbe de fleurs n’est déposée sur le socle, horizontalement, pour exprimer leurs hommages ! Tel est l’homme, verticalement, il ne s’amende qu’une fois allongé sous terre, horizontalement, mais alors il est trop tard !

Conviennent également :

"RAA" (ou "RA"), éventuellement de droite à gauche, l’excellent dieu égyptien, né en l’an 6000 avant J.-C. en Égypte, la chrétienté n’a pas su le ressusciter, seuls les mots croisés y sont parvenus, avant, nous ignorions même qu’il était malade.

"EGO" comme "moi" en latin, ou comme pseudonyme d’une écrivaine.

"IDO", langue internationale[3].

C’est le meilleur exemple de la susdite immortalité d’un nouveau genre.

Cette langue internationale en tant que telle n’existe pas en réalité. C’est l’enfant né malade de sa mère toujours vivante, vigoureuse, ravissante, l’espéranto, mais ce dernier est négligé par tous les mots croisés parce qu’il est trop long, le gouvernement parce qu’il est trop facile à apprendre, il ne peut donc pas faire l’objet d’un programme d’urgence.



[1] Gizella Dapsy (1885-1940). Poétesse hongroise.

[2] Miklós Ybl (1814-1891). Architecte de nombreux monuments de Budapest.

[3] L’ido est une langue dérivée de l’espéranto, créée en 1907.