Frigyes Karinthy :   Haroun al Rachid

 

Suite du recueil

Recueil "Haroun al Rachid"

Thème "folie"

 

afficher le texte hongrois

La machine À prÉvoir

machine à prévoir ln quoi cela consiste-t-il ? - questionna le savant au sourire silencieux après avoir refermé la porte. – Ce n'est vraiment pas grand-chose. Comme vous voyez il n'y a là rien de particulier : un simple projecteur de film avec un mécanisme pour l'arrêter, et quelques bobines. Des bobines tout à fait ordinaires, de simples prises de vues, sur des événements de tous les jours. Un homme marche dans la rue, un autre plonge dans l'eau. Des enfants sautillent sur une aire de jeu. Une brique tombe d'une maison. Des instantanés enregistrés que j'ai tournés.

- En quoi réside alors le miracle ? Dans le procédé, Monsieur, dans le raisonnement, ou disons plus généralement : dans la philosophie. À la base de mon invention il y a une idée philosophique, je dirai même métaphysique. Vous devez savoir qu'en philosophie aussi bien que dans les sciences ou même dans les arts ce sont des idées qui créent une nouvelle ère, un nouveau mode de perception. Au sens technique du terme vous n'y trouvez rien de merveilleux ; pourtant, à supposer que vous soyez capable de comprendre l'idée simple sur laquelle j'ai établi la pensée de la machine à prévoir, vous reconnaîtrez que jamais personne n'a encore bricolé de mécanisme plus osé que le mien. Vous avez peut-être déjà remarqué la petite bizarrerie que les bobines sont placées à l'envers dans la boîte, la fin au début, de façon que la projection vous présente la scène à rebours, obtenant l'effet comique auquel d'aucuns se sont souvent essayés. En effet, voir quelqu'un émerger de l'eau et faire un saut de dos jusqu'au tremplin, ou encore déjeuner en sortant soigneusement de sa bouche à l'assiette la soupe à la cuillère, ou reconstituer des morceaux de viande mâchée en un pavé, agit de façon irrésistiblement comique.

- Tout le monde trouve toujours ça très drôle, mais jamais personne n'a analysé la psychologie de cet effet singulier. Il a fallu qu'apparaisse un philosophe qui comprenne l'essentiel et saisisse son incroyable importance.

- Je ne voudrais pas abuser de votre temps et vous ennuyer avec le cheminement de ma découverte. Parmi les résultats connus des spéculations métaphysiques sur le temps vous n'ignorez certainement pas celles qui font partie de la culture générale. Pour ma part je vous rappellerai uniquement la théorie du temps de Bergson, qui m'a été du plus grand secours pour ma découverte : le principe selon lequel l'écoulement de la vie, l'évolution, diffèrent d'un écoulement mécanique inanimé, dans le sens que la vie n'est pas réversible dans le temps comme l'inanimé, autrement dit la causalité des écoulements des vies est fondamentalement autre que les déroulements mécaniques ; dans le monde des phénomènes de la vie, passé et avenir sont des formes catégoriquement différentes, non interchangeables.

- Voilà ce que je devais d'abord comprendre et ressentir à fond, pour qu'un jour, peut-être étais-je au cinéma, jaillisse de moi l'idée de cette expérience effarante qui en apparence est en contradiction avec le principe bergsonien que je viens de rappeler, mais seulement en tant qu'expérience, parce que dans ses résultats elle justifie ledit principe.

- L'idée de l'expérience elle-même est des plus simples. Cela commence par l'analyse du processus inconscient par lequel nous observons une certaine succession d'événements, dans leur forme enregistrable avec une machine. Si la succession se déroule devant nous d'une façon normale, alors

a-------b----------------------------------------------------------------------c-------z,
cette ligne décrit l'avancement du temps le long du tronçon bc, en relation causale, à la façon justement de l'évaluation cause et effet du temps que nous utilisons pour évaluer les événements. Je le comprends parce que le point z inconnu découle du passé, du point a connu, passe par le tronçon bc, vers l'avenir. Tout ce qui se passe durant bc, provient mécaniquement et reconstitue un événement passé inconnu mais existant de manière fixe, inchangeable, dans les événements du passé, autrement dit contrôlable, intervenu au moment a. Au moment b quelqu'un est entré dans la pièce en manteau et en chapeau, je ne l'ai pas vu mais je devine qu'au moment a il était dans la rue alors que maintenant, de b jusqu'à c, il évolue devant moi, je ne peux pas deviner ce qu'il fera au point z, vu que z est dans l'avenir dont je ne possède pas de données enregistrées.

- Intervertissons maintenant de force cette histoire et projetons-la devant nos yeux dans l'ordre inverse où les événements se sont produits. Dans le film tourné à l'envers, le schéma du déroulement sera :

z-------c----------------------------------------------------------------------b-------a.
Sur l'image j'obtiens un déroulement bc évoluant apparemment, pour mon imagination, en avant, forçant aussi ma réflexion mue par la loi intraitable de la cause et de l'effet d'évoluer vers l'avant, alors que son propre déroulement avance vers l'arrière, du futur vers le passé. Qu'en résultera-t-il ? Rien d'autre que le fait que ma réflexion, ma capacité de déduction, fera son travail (étant incapable d'agir autrement) mécaniquement, comme si elle avait affaire à une histoire allant du passé vers l'avenir. Mais qu'en résultera-t-il ? 

- Il en résultera quelque chose de très simple mais de portée redoutable. Il en résultera que la déduction fonctionnant mécaniquement, si on lui laisse libre cours, ne constatera pas cette fois la survenue du moment a, mais en le replaçant, elle constatera une nouvelle fois la survenue du point z. Or ce point z se trouve en réalité dans l'avenir : ce que nous aurons constaté concernera donc l'avenir. Nous verrons depuis l'historique cb dans l'avenir aussi bien que nous avons vu depuis l'historique bc dans le passé. De l'homme avançant en arrière devant la fenêtre nous déduirons qu'il aura sauté par la fenêtre, tout comme de l'homme entré en chapeau nous avons déduit qu'il venait de la rue.

- Regardez… Voyez-vous cette prise de vues ? Je l'ai faite hier dans le parc… D’un de mes camarades… Je l'ai en même temps réglée à rebours et déjà hier j'ai constaté qu’une heure plus tôt… que la personne en question une heure plus tard…

Je n'ai jamais appris ce qu'il a pu constater à l'avance parce que l'infirmier est entré et il a reconduit mon savant dans sa cellule.